Les femmes peuvent-elles tout avoir?

Lors de nos discussions à la WBS, une question émerge souvent: "Les femmes peuvent-elles tout avoir?" Au fur et à mesure des échanges, les réponses qui se dessinent sont très personelles. L’une d’elles résonne pourtant plus que les autres: "Oui, nous pouvons tout avoir mais pas forcément au même moment de notre vie". Cette phrase s’apparenterait-elle à une forme de renoncement ou de résignation ? Oui et non, car chacune place son curseur de réussite personelle et professionnelle autre part.

Cette interrogation récurrente des femmes a fait l’objet d’une conférence "Can Women Have it all?" lors du sommet annuel du World Economic Forum 2017 à Davos présentant les nouvelles initiatives et modèles d'affaires qui peuvent favoriser la rétention des femmes dans le monde du travail et le management.

Cette année sur les 3'000 participants, seul 21% étaient des femmes; c'est un petit chiffre mais les progrès sont déjà là, sachant qu'en 2001-2005, il n'y avait que 9-15% de présence féminine. Depuis 2011, le WEF encourage la participation des femmes au sommet de Davos en offrant la possibilité à leurs partenaires stratégiques d'acheter un badge en plus si une femme fait partie de leur delegation (soit cinq badges au lieu de quatre initialement autorisés).

Lors du WEF, le sujet qui brûlait les lèvres des 3'000 participants tenait aux conséquences du changement de président aux Etats-Unis. Les Marches des femmes anti-Trump dans le monde entier qui ont réuni plus de cinq millions de personnes à travers le monde sont le signe d’une inquiétude grandissante d’un retour en arrière en matière de droits des femmes et d'égalité des genres pour les Américaines mais également par effet de ricochet pour toutes les citoyennes du globe.

En tant que mère, on peut se demander dans quel monde vont grandir nos enfants et plus particulièrement nos filles, et quelles sont les valeurs relatives aux genres qui sont véhiculées? Un panel du Women’s Forum de Deauville de novembre passé revenait également sur cette question: « What America’s choice means for women ».

Que faire pour éviter que les images de la femme véhiculées par la nouvelle classe politique de l’autre côté de l’Atlantique n’atteignent les côtes européennes et soutenir le principe de l'égalité des genres? Comment garantir nos droits si difficilement acquis (tels que l'accès et le remboursement de la contraception, le droit à l'avortement)? Il revient à chacune d'être une ambassadrice de ces valeurs d'égalité et se mobiliser pour la condition féminine.